PureBallast
.
 

Tout ce que vous devez savoir

Après des années de retard, le traitement des eaux de ballast est devenu un problème urgent qui soulève de nombreuses questions. En tant que fournisseur de solutions complètes bénéficiant d'une vaste expérience, Alfa Laval dispose d'une connaissance approfondie et peut répondre à toutes vos questions.

Webinaire : Éléments à prendre en compte lors du choix de systèmes de traitement des eaux de ballast

Profitez de l'occasion pour revoir notre webinaire mondial à partir de juin 2018, qui fournit des indications précieuses pour la sélection du système. Notre groupe d’experts, qui partagent plus de deux décennies d’expérience en matière de systèmes de traitement des eaux de ballast, examine de manière approfondie les affirmations et les vérités concernant le coût de possession, l’importance d’une assistance à long terme et les enseignements tirés de l’expérience opérationnelle.

Le groupe d’experts en gestion d’eaux de ballast d’Alfa Laval comprend :

  • Joakim Thölin, Président de BU Marine Separation et Heat Transfer Equipment (modérateur)
  • Anders Lindmark, Responsable de PureBallast, BU Marine Separation et Heat Transfer Equipment
  • Jonas Alvan, Manager du service clientèle de PureBallast
  • Peter Sahlén, Manager R et D de PureBallast

Profitez de cette occasion pour entendre nos experts sur ce que vous devriez considérer lors de la sélection d'une solution de traitement pour eaux de ballast  et de son fournisseur. 

Ressources expertes

Avec l'expérience acquise depuis plus d'une décennie de travail dans le traitement des eaux de ballast, Alfa Laval a mis en place des ressources informatives pour faciliter votre processus décisionnel.

Livre de gestion des eaux de Ballast

Le livre « Making sense of ballast water management » fournit des informations détaillées sur la réglementation de l'eau de ballast, les solutions de remplacement et les technologies de traitement. Il présente des informations importantes et des faits techniques, ainsi que des illustrations, des diagrammes et des tableaux. Pour commander un exemplaire imprimé, remplissez le formulaire ci-dessous ou téléchargez le fichier PDF.

Vous acceptez qu’Alfa Laval puisse collecter, utiliser et divulguer les données personnelles que vous avez fournies dans le présent formulaire pour la fourniture de supports marketing que vous avez accepté de recevoir, conformément à la politique de confidentialité d’Alfa Laval. 

Veuillez cocher les cases appropriées ci-dessous :

Documents de gestion des eaux de ballast

Conformité, réglementations, articles de presse et informations sur les produits

Foire aux questions

Lors de la planification de systèmes de traitement des eaux de ballast, de nombreuses questions doivent être posées. Vous trouverez ici des réponses aux questions les plus fréquentes, à la fois sur Alfa Laval PureBallast 3 et sur les mesures législatives concernant le système de traitement des eaux de ballast.

Alfa Laval PureBallast 3

Les différences entre le système Alfa Laval PureBallast 3 et les autres systèmes sont faciles à expliquer et difficiles à ignorer. Aucun autre système ne se rapproche de ses capacités.

1. Pourquoi PureBallast 3 est-il synonyme de confiance absolue – dans toutes les eaux ?

En termes simples, PureBallast 3 assure des systèmes de traitement des eaux de ballast entièrement conformes sans limiter les opérations ou la liberté de mouvement du navire. Approuvé par l’OMI et les autorités de surveillance côtière américaines (US Coast Guard), ce système peut fonctionner :

Cette combinaison unique de fonctionnalités vous assure une gamme complète d’options. Vos systèmes de traitement des eaux de ballast ne restreindront jamais le lieu ou la manière dont vous faites affaire.

À cela s’ajoute la construction sans compromis de PureBallast 3. Construits en acier inoxydable super austénitique non-corrosif, les réacteurs PureBallast 3 sont conçus pour durer jusqu’à 20 ans, voire plus, sans être remplacés.

2. En quoi la technologie PureBallast 3 diffère-t-elle de celle d’autres systèmes de traitement à base d’UV ?

Bon nombre des solutions de remplacement trouvent leur origine dans le traitement de l’eau potable. Parce qu’il s’agit d’adaptations de technologies terrestres de purification de l’eau, elles sont moins adaptées aux conditions marines courantes telles que la faible transmission des UV. En revanche, la technologie de pointe de traitement à base d’UV de PureBallast 3 a été développée spécifiquement pour un e un usage marin.

Dans PureBallast 3, les lampes UV placées dans le réacteur utilisent des douilles en quartz synthétique spécialement conçues. En plus d'optimiser l'étendue du spectre de longueur d'onde, les douilles ont une efficacité de transmission élevée qui entraîne davantage de rayons ultraviolets pendant la désinfection. En combinaison avec la conception interne du réacteur, cela assure un dosage optimal des ultra-violets et  une faible consommation énergétique.

Un étage du filtre extrêmement efficace, élimine les organismes et les particules de grande taille avant la désinfection biologique et consolide le traitement de pointe à base d'UV. Ensemble, les étages du filtre et du réacteur permettent le traitement à plein débit dans les eaux eaux douces, saumâtres et de mer troubles où la transmission des UV ne dépasse pas 42 %. Aucun autre système ne peut égaler cette performance.

3. Pourquoi un cycle de nettoyage sur place (CIP) fait-il partie de PureBallast 3 ?

Sans une certaine forme de nettoyage, les dépôts de carbonate de calcium et d’ions métalliques s’accumuleront sur les douilless en quartz des lampes UV d’un système de traitement des eaux de ballast. Cela entravera le traitement, car moins de rayons ultraviolets produits par les lampes seront en mesure de passer à travers.

L’essuyage mécanique est une alternative au NEP, mais les essuie-glaces sont inefficaces contre l’accumulation d’ions métalliques, qui doivent être éliminés avec un liquide à faible pH. Ils ne nettoient pas non plus le capteur d'UV dans le réacteur, qui mesure la transmission des UV. Si le capteur et les douilles en quartz sont sales, le système peut utiliser plus d'énergie que nécessaire ou être autrement mal contrôlé.

Toute forme de nettoyage mécanique – y compris le nettoyage manuel – entraînera également l'égratignure des douilles. Finalement, ceux-ci dégraderont aussi les performances du traitement.

En termes simples, des tests ont montré que le NEP joue un rôle précieux dans le maintien des performances de désinfection biologique des systèmes de traitement des eaux de ballast. Dans un système à base d'UV, les effets sont perceptibles après une seule opération de nettoyage. De plus, en réduisant l’utilisation d’énergie et en maximisant la durée de vie des douilles en quartz, le NEP joue un rôle à long terme dans la maîtrise des coûts d’exploitation.

4. Le PureBallast 3 est-il facile à installer et à utiliser ?

La réponse est oui, à ces deux égards.

PureBallast 3 Compact Flex est la réponse aux problèmes d’espace et de flexibilité. Idéal pour la plupart des navires, il est livré en pièces détachées pour une installation en toute liberté. En bref, il intègre les solutions leader pour eaux de ballast dans la plus petite empreinte du marché – avec un coût d'installation réduit. Le positionnement libre de l'armoire du variateur, jusqu'à 30 m de distance, permet de réaliser des économies d'espace supplémentaires dans des espaces exigus.

Si l'espace le permet, le système PureBallast 3 Compact peut même être livré, sous forme de solution plug-and-play, monté sur skid, avec la plus petite empreinte du marché, ce qui simplifie encore plus l'ingénierie et l'installation, permettant ainsi d'économiser du temps et de l'argent.

Les systèmes PureBallast 3 non-Ex et Ex sont tous deux livrés en pièces détachées, offrant une grande flexibilité. Le positionnement de l'armoire du variateur, jusqu'à 150 m de distance, permet de gagner encore de la place dans la salle des machines, ainsi qu'en dehors des zones dangereuses pour les systèmes Ex.

Il n’a besoin ni de sel ni de produits chimiques, même lorsqu’il fonctionne en eau douce. Il ne nécessite aucun dosage, ni réservoir ni système de ventilation pour gérer les consommables ou matières résiduelles. Aucune intervention manuelle de l’équipage – telle que l’ouverture et la fermeture de vannes – n’est nécessaire. Le fonctionnement est entièrement automatique. Il suffit d'appuyer sur un bouton, soit via l'interface graphique à écran tactile, soit via le système de contrôle intégré du navire, pour démarrer ou arrêter le système.

5. En quoi le système PureBallast 3 est-il efficace ?

L’efficacité peut faire référence à deux choses dans des systèmes de traitement des eaux de ballast : les performances de la désinfection biologique ou la consommation d’énergie. En pratique, cependant, ces choses vont de pair.

En terme de performances de la désinfection biologique, aucun système n’est plus efficace pour neutraliser les eaux de ballast que PureBallast 3. Seul PureBallast 3 peut fonctionner dans tous les types d’eau et dans les eaux avec une transmission des UV aussi faible que 42 %. Cela peut être fait à plein débit, c’est-à-dire sans réduire la vitesse des opérations de ballast.

Grâce à sa haute performance, PureBallast 3 est également très économe en énergie. Dans la plupart des situations, il ne peut fonctionner qu’à 50 % de sa puissance de fonctionnement potentielle lorsqu’il navigue dans des eaux réglementées par l’OMI. Ce n'est que lorsque cela est nécessaire, par exemple dans des eaux à transmission des UV extrêmement faible, qu'il atteint sa pleine puissance.


Législation sur le traitement des eaux de ballast

Le traitement des eaux de ballast fait l'objet de discussions depuis de nombreuses années. Maintenant que la Convention BWM (Convention internationale pour la gestion des eaux de ballast) de l’OMI a été ratifiée, la question est devenue urgente dans le monde entier.

1. Pourquoi devrais-je choisir un système de traitement des eaux de ballast maintenant ?

Maintenant que la Convention BWM (Gestion des eaux de ballast) est entrée en vigueur, il n'y a plus de temps à perdre. Même si votre navire vient de faire l’objet d’une visite de renouvellement, il devramoderniser son système de traitement des eaux de ballast pour sa première visite de renouvellement après septembre 2019. Cela prendra plus de temps et de ressources que de nombreux propriétaires de navires ne le prévoient. Un engagement rapide et une bonne planification sont les clés du succès.

En fait, tous les navires devront installer un système de traitement dans un délai d'environ sept ans. Par conséquent, la demande de systèmes et de machines sera énorme auprès des chantiers navals. Littéralement des milliers de navires rivaliseront à la recherche de fournisseurs et de chantiers navals.

De nombreux fournisseurs ne disposent pas de la capacité de production nécessaire à l’augmentation dans les années à venir, ni de l’ expériencenécessaire pour assurer une livraison et une installation sans heurts avec les nombreuses parties impliquées. Pour recevoir un système conforme à temps, vous devez choisir un fournisseur capable de répondre à vos besoins.

Si vous devez déballaster aux États-Unis, votre choix doit être encore plus sélectif. Afin de respecter ÉtatsUnis la norme des autorités de surveillance côtière américaines (USCG) en matière de décharge des eaux de ballast, qui est entrée en vigueur en 2012, nécessite un système spécifiquement approuvé pour utilisation par l’USCG.

2. Pourquoi dois-je rechercher un certificat d'homologation de type récent ?

La convention BWM constitue la principale directive internationale pour les systèmes de traitement pour eaux de ballast. Cependant, elle a été établie alors que les mécanismes de contrôle nécessaires au traitement des eaux de ballast étaient encore peu connus. Au fur et à mesure que l’application a évolué, les tests de l’OMI ont également évolué, devenant plus uniformes et plus stricts.

Les certificats d’homologation de type de l’OMI délivrés depuis 2014 peuvent fournir plus de détails sur les limitations d’exploitation d’un système, telles que les niveaux de salinité, de température et de transmission d’UV. Les certificats délivrés avant cette date doivent être examinés de manière critique et la dernière révision d’un certificat doit toujours être demandée.

Le système d’homologation de l’USCG a été conçu beaucoup plus tard et dans un souci de transparence. Les homologations USCG, qui ont été délivrées à ce jour pour une poignée de systèmes, offrent une indication solide de la capacité du système.

3. Pourquoi les essais d'homologation de type doivent-ils être effectués par un tiers autorisé ?

Les essais d'homologation doivent être effectués par un tiers autorisé afin d'assurer la transparence, la validité et, en définitive, la conformité du système. Des organismes d'essai tiers peuvent assurer un environnement d'essai contrôlé et des conditions d'essai réalistes, qui permettront d'éviter que toute défaillance du système ne soit négligée.

Par exemple, les organismes vivant à proximité de la surface de l’eau ont une tolérance au rayonnement ultraviolet beaucoup plus élevée que ceux vivant en profondeur. Pour neutraliser efficacement ces organismes, des lampes UV moyenne pression sont nécessaires. Mais en utilisant un mélange cultivé qui exclut ces organismes, il est possible de répondre aux exigences tout en arrondissant les angles technologiquement.

Aujourd'hui, on a beaucoup appris sur les mécanismes de contrôle nécessaires pour assurer la conformité. Les fournisseurs sérieux choisissent une technologie UV robuste, recherchent la transparence de la part des organismes de contrôle tiers et effectuent les essais avec de l'eau contenant des organismes naturels, comme Alfa Laval l'a fait avec Alfa Laval PureBallast 3.

4. Que signifie pour moi la possibilité d’inspections de contrôle par l’État du port ?

Les incohérences dans l’ homologation de type OMI ont conduit à des demandes croissantes pour un mécanisme de contrôle. Des contrôles ponctuels ont été proposés afin de s’assurer que les systèmes de traitement certifiés par l’OMI fonctionnent efficacement. Naturellement, la responsabilité des contrôles incombe au contrôle par l’État du port (PSC).

En réalité, cela soulève autant de questions que de réponses. Par exemple :

  • Un navire qui échoue à un contrôle ponctuel doit-il être autorisé à effectuer des échanges d'eaux de ballast ?
  • Que devrait-on faire autrement avec un navire qui échoue à son contrôle ponctuel ?
  • Comment un contrôle ponctuel doit-il être effectué dans la pratique ?

Compte tenu du temps et des difficultés pratiques que cela implique, même des tests plus stricts de l’OMI seraient préférables aux contrôles ponctuels. Toutefois, les armateurs et les exploitants de navires doivent être préparés à la possibilité de contrôles ponctuels et s’assurer que leurs systèmes de traitement fonctionnentréellementcomme prévu.

5. Pourquoi une législation sur le traitement des eaux de ballast est-elle nécessaire ?

Le choix d'un système de traitement des eaux de ballast est une autre décision importante dans la planification d'un nouveau navire ou d'une remise à niveau, ainsi qu'une dépense supplémentaire. Mais sans traitement des eaux de ballast, le prix à payer serait encore plus élevé.

Les espèces marines envahissantes ne sont pas simplement une nuisance. Elles représentent l'une des plus grandes menaces pour nos océans aujourd'hui. Chaque année, elles détruisent des pêcheries et d'autres entreprises marines et causent des milliards de dollars de dommages, affectant souvent le commerce et les activités terrestres. Parfois, elles ont même coûté des vies humaines. (Des exemples spécifiques sont disponibles sur ici.)

Ainsi, alors que le traitement des eaux de ballast peut sembler un ajout inopportun à l'industrie maritime, les conséquences d'une non-intervention sont encore moins souhaitables.


PureBallast 3 d’Alfa Laval et la directive OMI G8 révisée

Les questions et réponses suivantes expliquent les implications de l’homologation de type Alfa Laval PureBallast 3 conformément aux directives révisées du G8.

1.Quels tests étaient nécessaires pour qu’Alfa Laval obtienne un certificat OMI selon les exigences révisées du ME8.279 (70) 2016 du G8 ?

Deux autres tests d'efficacité biologique terrestres, réalisés sans temps de rétention, ont dû être réalisés pour chaque salinité de l'eau. Les tests environnementaux des composants sont plus conformes aux exigences des services de surveillance côtière américains(USCG). Cela signifie que les exigences sont plus strictes que celles de la résolution MEPC (Comité de Protection de l'Environnement Marin) 174 (58) 2008 du G8. L’OMI accepte l’utilisation de la méthode NPP (méthode du nombre le plus probable) pour évaluer les tests d’efficacité biologique, tandis que l’USCG exige l’utilisation de la méthode CMFDA/FDA.

2.Des modifications matérielles ont-elles été apportées au système Alfa Laval PureBallast 3 à la suite de la révision des exigences du G8 ?

Un capteur de conductivité est installé pour déterminer la salinité dans laquelle le système est utilisé. Sinon, le matériel, le débit et la consommation électrique sont généralement les mêmes.

3. Un système Alfa Laval PureBallast 3 installé et conforme aux directives G8 de 2008 peut-t-il être mis à niveau pour se conformer aux directives révisées G8 de 2016 ?

Une mise à niveau n'est pas nécessaire. L’OMI a publié une résolution indiquant que les navires dotés de systèmes existants ne doivent pas être pénalisés.

4.Les armateurs doivent-ils déjà commander un système avec homologation de type conformément aux directives révisées G8 de 2016 ?

Les armateurs doivent tenir compte du moment où le système sera installé. Si le système sera installé avant 28 octobre 2020, un système Alfa Laval PureBallast 3 avec homologation de type conforme aux directives G8 de 2008 sera proposé. Ce système sera pleinement conforme aux règlements de l’OMI, maintenant et à l’avenir.