PureBallast
pureballast hero5 1920x480

Les 11 points ci-dessous sont des questions clés qui devraient être abordées avec n'importe quel fournisseur. Pour obtenir des informations plus détaillées sur les facteurs à prendre en compte lors du choix d’un système de traitement, explorez les ressources étendues d’ alfa Laval sur la gestion des eaux de ballast.

1. Le type de système est-il homologué par l’OMI ainsi que par les services de surveillance côtière américains (U.S. Coast Guard) ?

La Convention sur la gestion des eaux de ballast (BWM) de l’OMI, qui vient d’être ratifiée, constitue la principale directive internationale pour les systèmes de traitement des eaux de ballast Le respect de la convention BWM est un impératif.

De plus, il est important de rechercher un certificat d’homologation de type OMI relativement récent. L'évaluation des systèmes s'est développée depuis l'adoption de la convention BWM en 2004. Les certificats délivrés par des organismes tiers autorisés fournissent désormais plus de détails sur les essais, ainsi que des informations sur les limitations d'exploitation du système.

En outre, toute une série de réglementations nationales et régionales sont entrées en jeu, notamment la norme en matière de déballastage des services de surveillance côtière américains (USCG). Pour pouvoir déballaster dans les eaux américaines, le système de traitement des eaux de ballast d’un navire doit être approuvé par l’USCG. Un système de gestion alternatif (AMS) approuvé peut être utilisé pendant cinq ans maximum à compter de la date de conformité du navire (originale ou prolongée). Si le fonctionnement du système de gestion alternatif (AMS) répond aux besoins opérationnels du navire, contrairement à l’homologation de type (par exemple, le temps de maintien de 72 heures est une restriction), le système AMS peut être utilisé (le système peut être exploité en mode OMI).

Le respect de la législation USCG est important, même pour les navires qui ne sont pas directement concernés, car cela affecte leur valeur de revente potentielle. Si le système de traitement des eaux de ballast d'un navire ne dispose pas de l'approbation USCG, il sera difficile à vendre à un acheteur qui souhaite opérer sur ce marché clé.

Lors de l’examen des homologations de types IMO et USCG, il est important de rechercher des certificats émis par des tiers autorisés. Ceci assure une plus grande validité et une transparence accrue. (Voir question 2).

2. Une eau contenant des organismes naturels a-t-elle été utilisée dans la certification ?

Il est important que tout certificat d’homologation soit délivré par un tiers autorisé, afin de garantir un environnement de test contrôlé et des conditions de test réalistes. Sans transparence-tiers, la porte peut être ouverte à des raccourcis technologiques.

Par exemple, les organismes vivant près de la surface de l'eau sont plus résistants aux rayons UV et par conséquent, doivent être traités au moyen de lampes UV moyenne pression. En utilisant un mélange uniforme d'organismes sélectionnés et cultivés, ces organismes résistants peuvent simplement être supprimés de l'équation. Dans le monde réel, toutefois, l'eau n'est pas réglementée et les organismes sont à la fois plus robustes et plus variés.

Les fournisseurs sérieux, qui comprennent les implications réelles de la non-conformité, choisissent une technologie UV robuste, recherchent la transparence de tiers et réalisent en continu des tests de résistance de leurs systèmes. En présence de difficultés telles que la prolifération d'algues, une eau naturelle contenant des organismes non cultivés tels que des polychètes, des rotifères et des crevettes doit être utilisée.

3. Le système est-il spécialement conçu pour un usage marin ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la plupart des systèmes de traitement des eaux de ballast sont issus de systèmes de traitement d'eau potable à terre. La technologie de ces système a donc été adaptée au milieu marin plutôt que développée pour celui-ci.

Contrairement aux systèmes de traitement par UV terrestres, qui sont précédés par d'autres processus de nettoyage, les systèmes de traitement des eaux de ballast font face à des organismes résistants, à une qualité d'eau irrégulière, à des températures plus élevées et à de longues périodes d'immobilisation avec de l'eau saline à l'intérieur. Un système spécialement conçu pour des conditions marines est mieux équipé pour relever ces défis.

4. Les composants clés du système résisteront-t-ils à la corrosion dans l'eau de mer ?

Les composants clés de nombreux systèmes de traitement des eaux de ballast sont fabriqués dans des matériaux de qualité inférieure, tels que l'acier 316L. Bien que le 316L soit un matériau d'ingénierie courant, il se corrode au contact de l'eau de mer. S'il est fabriqué en 316L, un réacteur de traitement par UV, qui est rempli d'eau de mer tout au long du processus de traitement, peut se corroder en cinq ans à peine – nécessitant ainsi un remplacement coûteux.

S'il est fabriqué dans un matériau tel que l'acier inoxydable super austénitique 254 SMO ou AL6XN, qui résiste efficacement à la corrosion par l'eau de mer, les composants clés d'un système de traitement peuvent durer beaucoup plus longtemps. Les réacteurs par UV en AL6-XN, par exemple, peuvent durer jusqu'à 20 ans, voire plus.

5. Le système utilise-t-il au maximum la lumière UV produite ?

Pour que le traitement UV soit biologiquement efficace et économe en énergie, il est essentiel que toute la lumière UV produite par les lampes atteigne réellement les organismes ciblés. La structure interne du réacteur doit assurer une répartition élevée et uniforme de la lumière ultraviolette, ainsi que des turbulences élevées dans l'eau qui la traverse. Cela assure une concentration de la dose d'UV sur tous les organismes.

Dans les eaux troubles, où la transmission d'UV est plus faible, des mesures encore plus strictes sont nécessaires. L'utilisation de douilles en quartz synthétique spécialement conçues pour la transmission favorise la transmission d'un spectre de longueurs d'onde plus large et fournit plus de lumière ultraviolette pour la désinfection. (Voir question 6).

6. Le système offre-t-il une gestion efficace de l'alimentation ?

La gestion de l’alimentation est en partie une question d’ efficacité énergétique. Naturellement, un système de traitement des eaux de ballast doit utiliser le moins d’énergie possible pour assurer la conformité.

Cependant, la gestion de l'alimentation est également une question de performance de désinfection biologique. Alors que le système doit fonctionner efficacement, il doit également disposer d’une quantité importante de puissance en réserve. Ceci lui permettra de fonctionner à plein régime lorsque cela est nécessaire, par exemple dans des eaux à transmission d'UV extrêmement faible (voir question 5).

Sans capacités de montée en puissance, un système peut compromettre les activités des navires dans des eaux difficiles. Au mieux, les opérations de ballastage peuvent être ralenties en réduisant sensiblement le débit d'eaux de ballast. Au pire, cela peut même empêcher l'entrée dans ces eaux.

7.Le système comporte-t-il un cycle de nettoyage en place (NEP) automatique ?

Sans une certaine forme de nettoyage, les dépôts de carbonate de calcium et d’ions métalliques s’accumuleront sur les  douilles en quartz des lampes UV d’un système de traitement des eaux de ballast. Cela entravera le traitement, car moins de rayons ultraviolets produits par les lampes seront en mesure de passer à travers.

L’essuyage mécanique est une alternative au NEP, mais les essuie-glaces sont inefficaces contre l’accumulation d’ions métalliques, qui doivent être éliminés avec un liquide à faible pH. Ils ne nettoient pas non plus le capteur d'UV dans le réacteur, qui mesure la transmission des UV. Si le capteur est sale, le système peut utiliser plus d'énergie que nécessaire ou être autrement mal contrôlé.

Toute forme de nettoyage mécanique – y compris le nettoyage manuel – entraînera également l'égratignure des douilles. Finalement, ceux-ci dégraderont aussi les performances du traitement.

En termes simples, des tests ont montré que le NEP joue un rôle précieux dans le maintien des systèmes de traitement des eaux de ballast. Dans un système à base d'UV, les effets sont perceptibles après une seule opération de nettoyage.

Sans capacités de montée en puissance, un système peut compromettre les activités des navires dans des eaux difficiles. Au mieux, les opérations de ballastage peuvent être ralenties en réduisant sensiblement le débit d'eaux de ballast. Au pire, cela peut même empêcher l'entrée dans ces eaux.

8. Existe-t-il des fonctions complètes de surveillance et de sécurité câblées ?

La sécurité est primordiale à bord. C’est l’une des raisons du choix d’un système de traitement des eaux de ballast par UV, plutôt que celle reposant sur des produits chimiques. Même un système de traitement par UV doit cependant être conçu dans un souci de sécurité.

La surveillance de tous les principaux composants est indispensable. Par exemple, la position de toutes les vannes doit être indiquée. Le réacteur lui-même doit disposer à la fois de capteurs de température et de niveau (de préférence dans une configuration double), et d'une fonction de coupure d'alimentation filaire en cas de surchauffe ou de faible niveau d'eau. Cette dernière permet d'éviter de graves dommages à l'équipement en cas de dysfonctionnement.

9. Le système est-il automatique et facile à comprendre pour un opérateur ?

Bien que le nombre et la complexité des systèmes embarqués augmentent, la disponibilité et la compétence globale des membres de l'équipage ne le sont pas. Cela rend le fonctionnement automatique essentiel pour tout système de traitement des eaux de ballast. Les démarrages et les arrêts à un bouton, sans intervention manuelle pendant le fonctionnement, sont l'idéal.

Une interface utilisateur graphique, plutôt qu'une interface textuelle, fournit une vue d'ensemble plus claire qui facilite une prise de décision correcte et l'utilisation par des équipages internationaux. Le système de contrôle doit être intégré au système de commande du navire pour une vue d'ensemble et une flexibilité maximales.

10. Le fournisseur du système a-t-il démontré ses capacités ?

Comme pour toute installation majeure, la capacité du fournisseur à livrer en temps opportun est essentielle pour éviter des coûts supplémentaires. L'installation d'un système de traitement des eaux de ballast est une entreprise particulièrement complexe, en particulier lorsqu'il s'agit d'une remise à niveau. Plusieurs parties sont souvent impliquées, ce qui signifie que le fournisseur doit être en mesure de travailler avec de nombreux partenaires et de fournir une gestion de projet solide en cas de besoin.

Ces capacités sont encore plus importantes maintenant que la Convention BWM a été ratifiée. Étant donné que tous les navires devront disposer d’un système de traitement des eaux de ballast d’ici quelques années, des milliers de navires devront concourir pour les quelques ressources existantes.

À ce jour, de nombreux fournisseurs n’ont livré qu’une poignée de systèmes et ne disposent donc pas de la capacité de production nécessaire pour s'accroitre dans les années à venir. D'autres n'ont pas l'expérience pratique nécessaire pour assurer une installation en douceur avec les nombreuses parties impliquées. Pour sécuriser un système conforme à temps, il est important d'examiner attentivement la base installée et les antécédents du fournisseur.

11. Le système est-il accompagné d'une solide capacité de prestation de service mondial ?

Le choix d'un système de traitement des eaux de ballast a des implications à long terme, puisque l'équipement est destiné à durer toute la vie du navire. Il y aura non seulement un besoin de pièces, mais aussi d'expertise en optimisation du système sur de nombreuses années d'exploitation.

Un accès facile à l'assistance apportera une différence positive en termes de tranquillité d'esprit et de coût du cycle de vie. En revanche, ne pas l'avoir, peut affecter la capacité du navire à se conformer si le service ne peut être organisé à temps. Le choix d’un fournisseur disposant d’un réseau de service mondial est crucial et le fournisseur devrait idéalement disposer d’une solide capacité de prestation de service mondial , spécialement conçue pour le traitement des eaux de ballast.

Si le navire est vendu plus tard, le système mis en place par un fournisseur reconnu bénéficiant d'une assistance mondiale peut également avoir une influence positive sur le prix de vente et le nombre d'acheteurs potentiels.