Solutions durables - le porte-conteneur Triple-E

L'échelle du Triple-E est époustouflante : il pèse 60 000 tonnes et mesure 400 mètres de long, soit 76 mètres de plus que la hauteur de la tour Eiffel. Lancé en juin, le nouveau navire de Maersk Line est le plus grand navire du monde et, paradoxalement, l'un des plus verts.

DATE 2022-04-11 AUTEUR Cari Simmons

Sustainable Development Goal 14 - Life below water

Le Triple-E n'est pas seulement le plus grand navire du monde, mais aussi l'un des plus verts. Il émet trois grammes de CO2 par tonne de marchandises par kilomètre, ce qui est bien inférieur aux émissions moyennes des porte-conteneurs. La fourchette se situe entre 10 à 20 grammes.

 

Jacob Sterling, responsable RSE chez Maersk Line, souligne que les modes de transport alternatifs pour les longues distances, comme le fret aérien, sont beaucoup moins respectueux de l'environnement. "Le fret maritime est le moyen le plus économe en énergie de transporter des marchandises. Vous ne pouvez pas obtenir de telles économies d'échelle avec des trains, des camions ou des avions."


L'objectif de Maersk était de fabriquer un navire 30% plus économe en énergie que ses navires précédents. Toutes les décisions ont été prises avec une vision à long terme. "Nous avons appliqué la même ligne de pensée que lorsque nous avons investi, par exemple, dans des ampoules à basse tension", précise Michael Heimann, directeur des achats de Maersk. "Vous payez plus au départ, mais vous bénéficiez d'une durée de vie plus longue et d'une facture d'électricité moins élevée, et comme il est peu probable que les prix du carburant baissent, cette approche constitue la meilleure solution pour réduire les coûts d’exploitation."

Conception optimisée

Des économies d'échelle ont été appliquées au Triple-E : plus de conteneurs dans l’espace cargo signifie un trajet plus efficace. Atteindre une capacité aussi élevée a nécessité quelques ajustements de conception. La coque du Triple-E est en forme de U et plus spacieuse que dans les navires traditionnels. Cela permet d’accueillir une rangée supplémentaire de conteneurs.

 

La salle des machines a été placée à l'arrière du navire, au lieu d'être au milieu. « En procédant ainsi, nous sommes en mesure d'intégrer davantage de conteneurs derrière le château de navigation et dans la coque. C'est un peu gênant pour rejoindre la salle des machines, mais ce n'est pas ce que nous considérons comme un problème », déclare Michael.

Un système de récupération de la chaleur fatale, via des chaudières Alfa Laval, aide à propulser le navire en captant l'énergie des gaz d'échappement du moteur. Cela réduit le carburant jusqu'à 10 pour-cent.

L’énergie chaude récupérée est également utilisée pour produire de l'électricité pour les commodités à bord. Le système de récupération de la chaleur perdue a permis au Triple-E d'utiliser un moteur principal plus petit et moins énergivore.

Le Triple-E dispose d'un système de propulsion « twin-skeg » avec deux moteurs entraînant deux hélices. Les moteurs à très longue course en configuration twin-skeg fonctionnent avec un nombre de tours inférieur à celui d'un moteur traditionnel. Ce système génère des économies d'énergie supplémentaires de 4 % par rapport à un système à moteur et hélice unique.

Les nouveaux navires embarquent également le PureBallast 3 d'Alfa Laval, qui est la version la plus récente du système de traitement de l'eau par lumière UV. Le système PureBallast 3 protège les environnements marins contre la menace des espèces invasives. Pendant ce temps, les bouilleurs (générateurs d'eau douce) Aqua d'Alfa Laval utilisent la distillation sous vide pour convertir l'eau de mer en eau douce de haute qualité.

Vitesse réduite = clé des économies

Triple-E croise à une vitesse moyenne de 17-18 nœuds et un maximum de 23 nœuds, contre un maximum habituel de 25 nœuds. La réduction de la vitesse du navire était un facteur d'économie d'énergie majeur. "Cela réduit considérablement les besoins en énergie du navire", explique Michael.

"Avec une réduction de seulement quelques nœuds, nous pouvons réaliser une réduction spectaculaire de la consommation de carburant."
Les clients ont fini par accepter le délai de livraison supplémentaire. « Ils veulent surtout savoir quand les marchandises arrivent et si cela prend 25 ou 30 jours. Les clients réalisent aujourd'hui que nous devons faire ce que nous pouvons pour réduire les coûts énergétiques, réduire les émissions de CO2 et rester rentables. »

Le marché exige des transports durables.

De nombreux clients de Maersk sont de grandes entreprises avec des marques mondiales comme Nike, BMW ou Heineken. Ils partagent un vif intérêt pour le développement d’une mobilité durable et, comme le dit Sterling, « nos clients sont intéressés par les résultats de nos efforts ». Maersk promet de continuer à réduire les émissions de CO2 et de fixer des objectifs ambitieux. Lorsque l'objectif de Maersk de réduire ses émissions de CO2 de 25 % sur la période 2007 – 2020 a été atteint plus tôt que prévu, il a été révisé à 40 %. « Nous voulions quelque chose vers quoi travailler », déclare Sterling. "L'accent est actuellement mis sur l'amélioration de l'efficacité énergétique."

Par rapport à la moyenne de l'industrie, Maersk est déjà plus économe en carburant, émettant 10 % de CO2 en moins en 2012 que la concurrence, ce qui représente une économie totale de 2,1 millions de tonnes de CO2 pour tous les clients de Maersk Line. 

JACOB STERLING, RESPONSABLE RSE CHEZ MAERSK LINE

"Nous apprenons continuellement sur les technologies et les développements qui peuvent rendre le prochain projet encore plus efficace et respectueux de l'environnement. C'est incroyable tout ce qui a été réalisé sur le Triple-E avec les technologies existantes en termes de réduction de CO2. Imaginez quand nous commençons à utiliser l'énergie solaire, les biocarburants ou d'autres sources d'énergie alternatives. Avec un développement rapide des énergies renouvelables, il y aura tellement plus à venir."

Suivez-nous sur  Follow Alfa Laval on Facebook  Follow Alfa Laval on LinkedIn

Alfa Laval contribue aux Objectifs de Développement Durable

Les Nations Unies ont adopté 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) pour 2030, que les dirigeants du monde se sont engagés à réaliser. C'est maintenant aux entreprises comme la nôtre de nous y emmener.

Découvrez comment le cœur de métier d'Alfa Laval contribue à la réalisation des ODD

triple e's environmental solutions 320x180

CUSTOMER'S VOICE

Le fret maritime est le moyen le plus économe en énergie pour transporter des marchandises. Vous ne pouvez pas réaliser de telles économies d'échelle avec les trains, les camions ou les avions.

JACOB STERLING, RESPONSABLE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA RSE CHEZ MAERSK LINE

Le saviez-vous ?

Le fret aérien émet environ 500 grammes de CO2 par tonne de marchandises ? L'utilisation du transport ferroviaire pour les 18 000 conteneurs du Triple-E nécessiterait l'option plutôt irréalisable d'avoir un train de 110 kilomètres de long.

...que le navire de 400 mètres de long et 59 mètres de large a une vitesse de 18 nœuds, avec sa cargaison emballée efficacement dans 18 000 conteneurs. 

 

Nous faisons la différence. Envie de nous rejoindre?

Nous faisons réellement la différence. Nos innovations contribuent à un monde meilleur sur tous les plans, de la réduction des émissions de CO2 en Russie, à la culture des tomates dans le désert australien, en passant par l’accroissement de l’utilisation de l’énergie solaire, et le pompage en toute sécurité du pétrole suite à un naufrage.

En vous joignant à Alfa Laval, vous travaillerez avec un objectif clair et de première importance : améliorer les conditions de vie de tous.

Information sur les opportunités de carrière Alfa Laval

Mots-clés

Tous Marine