Alfa Laval - Quand écologie rime avec économie

Quand écologie rime avec économies

Un armateur fluvial adopte de nouvelles technologies pour minimiser son impact environnemental et maximiser sa profitabilité.

DATE 2021-03-03

Le contexte concurrentiel entre les différents modes de transport nécessite une amélioration continue de la flotte fluviale. Pour Ingram, cet objectif dicte ses investissements.

Ingram Barge Company est un transporteur maritime depuis 1946. Il est le principal transporteur sur les voies navigables intérieures américaines. Ingram gère la principale flotte de pousseurs pour déplacer les vracs secs ou liquides tout au long du Mississippi et dans le golfe du Mexique.

 

> En savoir plus sur nos séparateurs manuels :

Cliquez ici

> En savoir plus sur nos échangeurs industriels : 

Cliquez ici

> En savoir plus sur nos filtres automatiques :

Cliquez ici

Améliorer des pousseurs antédiluviens

 

Ingram a démarré sa relation avec Alfa Laval au début des années 90 avec l’installation d’épurateurs centrifuges de carburant. En 2006, Ingram a commencé à chercher des solutions pour répondre à d’échauffement moteur à bord de leurs bateaux. La flotte d'Ingram reposait sur de vieux échangeurs tubulaires. Ils ont identifié le M/V Henry B comme le premier navire avec un besoin d'une mise à jour, avec l'idée que si ce premier test était réussi, le déploiement des solutions retenues interviendra sur d'autres navires

ingram old equipement

 

Lors de la construction, le chantier a logé les échangeurs tubulaires sous le pont, nécessitant le démontage du pont chaque fois qu'ils ont besoin d'un entretien de routine. Ingram voulait une solution qui éliminerait les tracas de maintenance et les heures de travail sur ces échangeurs.

 

L’armateur Ingram voulait également une solution moins polluante pour le nettoyage des huiles de lubrification. Ingram a profité de ces réflexions pour remplacer les tubulaires par échangeurs à plaques et remplacer des pots filtrants par un filtre automatique Eliminator™ d'Alfa Laval.

ingram new equipement

Supprimer les échangeurs tubulaires

 

Ingram avait déjà une relation de travail avec Alfa Laval. Ozzie Osbourne, ingénieur d’armement d’Ingram (aucun lien avec la rockstar) raconte : « Alfa Laval avaient fait ses preuves. Nous exploitons des épurateurs à carburant depuis les années 90 ». Il poursuit : « Au cours du processus de décision, Alfa Laval nous a invité dans leur centre de service pour un événement dans leur atelier d’Indianapolis. Cet atelier était le facteur décisif pour travailler avec Alfa Laval. Nous avons assisté à trois jours de formation technique et pratique. Pendant ce temps, nous avons obtenu toutes les réponses à nos questions ».

Bien que l'événement client ait été le facteur clé dans la décision d'Ingram, le travail et la planification minutieuse des deux entreprises menant à cet événement était essentiel. M. Vaughn Pease, directeur des ventes pour Alfa Laval Marine, a travaillé avec Ingram - en particulier Ozzie et Jerry - pendant de nombreuses années. Vaughn explique : « La blague est que si Ozzie est pour une raison quelconque incapable de me joindre, il appelle mon voisin et lui dit de venir frapper ma porte ».

Entrer dans des eaux inexplorées

 

Tom Smith, directeur technique d’Ingram, avait le sentiment d’entrer en territoire inconnu avec ce projet pilote. Smith a déclaré : « Quand nous avons décidé d’installer l'Eliminator sur les plus gros moteurs, nous avons dû faire les tests avec le support continu d’Alfa Laval. »

Grâce à la culture d’amélioration continue d’Ingram, le projet a obtenu le feu vert. Smith a ajouté : « Ozzie, Tom et Vaughn ont travaillé sur un plan détaillé. Nous avons proposé notre plan au responsable des opérations David Sehrt et il a dit : « Essayons » ! Il connaissait le dévouement de l'équipe impliquée et le potentiel bénéfice justifiait le risque. Sehrt a ajouté : « Je savais que si cela fonctionnait, Ingram en bénéficierait rapidement ».

echangeur a plaque size

Un test concluant

« En trois ans, nous n'avons pas eu besoin de les toucher». Depuis le remplacement des échangeurs tubulaires par des échangeurs à plaques, de nombreux problèmes de surchauffe ont été résolus. De plus, en éliminant les temps d'arrêt associé à l'ancienne technologie, Ingram redirige les ressources auparavant nécessaires à la maintenance vers des activités plus productives. « Le nouvel échangeur, bien plus compact, est bien plus facile d'accès. Nous avons dépensé de nombreuses heures dans la maintenance des échangeurs tubulaires. Nous devions également enlever les barres de renfort et les caillebotis, le gain de temps est énorme. »

Des filtres optimisés

L'autre partie importante de la mise à niveau était la suppression des pots filtrants. L’entretien des pots filtrants est très contraignant. Environ toutes les 900 heures de fonctionnement, Ingram doit arrêter le moteur et enlever le haut du filtre. En règle générale, 200 litres d’huile sont perdus, par moteur pendant chaque changement de filtre car il est nécessaire de pomper tous les l'huile des pots filtrants vers la caisse à boue pour éliminer tout contaminants. Grâce aux systèmes d’auto-nettoyage par chasse d’huile, le nouveau filtre Moatti a supprimé ces échéances de maintenance.

De l'argent bien dépensé

 

Après trois ans d’exploitation, Ingram estime que les bénéfices l'emportent largement sur les coûts. « Ces équipements n’étaient pas prévue au budget prévisionnel, cependant les avantages compensent tous les coûts induits. » Smith a ajouté : « Lors de l'examen des coûts opérationnels (OPEX) en intégrant le traitement des huiles usagées, des consommables et toute la main d’œuvre, le bilan est très positif ! »